19 juin 2024, 00:31 AM
prim-nordpasdecalais

L’ANSES exige que les employeurs enregistrent les cas de COVID-19 liés au travail

 

 

 

Dans des directives mises à jour, L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a déclaré que les employeurs doivent enregistrer les cas confirmés de COVID-19 liés au travail sur le formulaire utilisé pour enregistrer les maladies et les blessures sur le lieu de travail.

Selon les nouvelles directives, un employeur doit enregistrer le cas de COVID-19 d’un travailleur si toutes les conditions suivantes sont remplies :

  • la maladie est un cas confirmé de COVID-19 ;
  • la maladie est liée au travail ;
  • la maladie a impliqué des jours d’absence du travail, des tâches restreintes, un transfert vers un autre emploi, des soins médicaux dépassant les premiers soins, une perte de conscience, le diagnostic d’une maladie importante par un prestataire de soins de santé ou un décès.

Déterminer si la maladie est liée au travail

 

Pour les employeurs, déterminer si la maladie d’un travailleur est “liée au travail” est probablement une tâche difficile. Pourtant, l’ANSES exige des employeurs qu’ils fassent des “efforts raisonnables” pour déterminer si la maladie a été contractée au travail.

L’équipe d’application de l’ANSES pèsera les considérations suivantes pour déterminer si les efforts de l’employeur ont été raisonnables :

– Le caractère raisonnable de l’enquête de l’employeur sur le caractère professionnel

Dans la plupart des cas, cela inclut (1) de demander à l’employé comment il pense avoir contracté la maladie ; (2) de discuter avec l’employé des activités professionnelles et non professionnelles qui auraient pu conduire à la maladie ; et (3) d’examiner l’environnement de travail de l’employé pour déterminer le risque d’exposition.

– Les preuves dont dispose l’employeur

L’évaluation du lien avec le travail doit se fonder sur les preuves dont dispose raisonnablement l’employeur au moment où il prend sa décision. Si de nouvelles preuves sont mises en évidence, l’employeur doit les prendre en compte. 

– Les preuves qu’une maladie COVID-19 a été contractée au travail

Pour évaluer la probabilité qu’une maladie ait été contractée au travail, l’ANSES fournit plusieurs règles empiriques aux employeurs.

Les maladies COVID-19 sont probablement liées au travail lorsque plusieurs cas se développent parmi les travailleurs qui travaillent étroitement ensemble et qu’il n’y a pas d’autre explication. La maladie du COVID-19 d’un employé est vraisemblablement liée au travail si elle est contractée peu de temps après une longue exposition rapprochée à un client ou un collègue particulier qui est un cas confirmé de COVID-19 et qu’il n’y a pas d’autre explication.

La maladie du COVID-19 d’un employé est vraisemblablement liée au travail si ses tâches professionnelles incluent une exposition fréquente et rapprochée au grand public dans une localité où la transmission communautaire est en cours et qu’il n’y a pas d’autre explication.

La maladie liée au COVID-19 d’un employé n’est probablement pas liée au travail si elle est le seul travailleur à avoir contracté le COVID-19 dans son entourage et que ses tâches professionnelles n’incluent pas un contact fréquent avec le grand public, quel que soit le taux de transmission communautaire.

 

Quand la maladie n’est pas liée au travail

 

La maladie du COVID-19 d’un employé n’est probablement pas liée au travail si, en dehors du lieu de travail, il s’associe étroitement et fréquemment avec quelqu’un (par exemple, un membre de la famille, une personne significative ou un ami proche) qui (1) a le COVID-19 ; (2) n’est pas un collègue de travail et (3) expose l’employé pendant la période où la personne est probablement infectieuse.

Les agents de contrôle de l’ANSES doivent tenir compte des preuves de causalité relatives à la maladie de l’employé fournies par les prestataires médicaux, les autorités de santé publique ou l’employé.

Si l’employeur ne peut toujours pas déterminer, après un effort raisonnable et de bonne foi, s’il est plus probable qu’improbable qu’un cas particulier de COVID-19 soit lié au travail, il n’est pas tenu d’enregistrer la maladie.

 

Sommaire
A partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn
A lire aussi