07 décembre 2022, 03:42
prim-nordpasdecalais

La gestion du risque de crédit passe au niveau supérieur grâce aux données en temps réel

 

Dans l’environnement volatil post-pandémie actuel, la possibilité qu’une contrepartie fasse défaut est l’un des plus grands risques que les banques d’investissement doivent gérer. Cette réalité a été soulignée en avril par les pertes importantes subies par certains acteurs du secteur lors de l’effondrement d’Archegos Capital, totalisant environ 10 milliards d’euros en quelques jours. Les acteurs qui n’ont pas été, pour quelque raison que ce soit, capables de détecter les signes précurseurs puis d’agir rapidement pour limiter leurs expositions se sont retrouvés à la merci de l’effondrement des prix.

Au vu de cette expérience, je pense que les banques doivent maintenant passer à un niveau supérieur de gestion du risque de contrepartie adapté à l’environnement actuel en exploitant les données en temps réel et en appliquant une gestion holistique des données pour fournir des informations exploitables aux décideurs le plus tôt possible. Mais comment les entreprises peuvent-elles parvenir à cette position ? En prenant trois mesures clés que j’encourage toutes les banques à envisager.

 

Trois étapes pour transformer la gestion du risque 

 

1. Établir un ensemble solide de signaux d’alerte.

La première étape consiste à définir un ensemble d’indicateurs d’alerte précoce qui pourraient aider à identifier les contreparties sous tension, étayés par un ensemble clairement défini de règles d’interprétation de ces indicateurs.

Bien que cela puisse sembler simple, ce n’est pas vraiment le cas. Parce que les indicateurs doivent être définis dans tous les secteurs d’activité et utiliser les mêmes définitions pour le même contexte, tenter de les créer pose le défi d’obtenir la contribution de divers groupes de parties prenantes.

 

2. Créer une ” source de vérité ” commune autour des données.

Pour que les équipes chargées du risque de crédit de contrepartie parviennent à une évaluation précise de la santé des contreparties, il est nécessaire de consolider les indicateurs de stress ainsi que les informations contextuelles telles que les données relatives à la position, à la marge, à la relation avec la contrepartie et au risque de marché. Bien que la plupart des entreprises disposent probablement déjà des données requises, la réalité dans de nombreux cas est que ces éléments d’information ne sont disponibles que de manière désagrégée. Cela signifie que lorsque des questions se posent, l’identification d’une contrepartie stressée nécessite un effort manuel intensif en temps.

La solution ? En consolidant, en normalisant et en automatisant les données dans un référentiel unique, une entreprise peut jeter les bases permettant aux équipes chargées des risques d’identifier et d’évaluer rapidement des situations spécifiques, puis de transmettre leurs conclusions aux différents groupes de parties prenantes pour qu’elles servent de base à des actions spécifiques.

 

3. Élaborer des plans d’action pouvant être activés.

Des données pertinentes collectées et analysées en temps réel peuvent aider les entreprises à identifier rapidement les contreparties stressées. Ceci étant fait, l’étape suivante consiste à réagir de manière appropriée en utilisant des flux de travail prédéfinis pour mettre en œuvre des plans d’action complets. Ces processus opérationnels front-to-back doivent garantir que les signes d’une contrepartie stressée, tels que le franchissement de seuils pour divers indicateurs de stress et les informations contextuelles supplémentaires, sont transmis aux équipes concernées dans des domaines tels que les risques, les ventes et le trading, afin de permettre à ces groupes d’agir rapidement si nécessaire. Selon la gravité de la situation, des points de décision peuvent être nécessaires avec des parties prenantes de haut niveau pour décider des actions appropriées dans un délai très court.

Pour rendre ces plans d’action aussi efficaces que possible, il faut aussi autre chose : l’adoption d’une culture à l’échelle de l’organisation qui adhère à la gestion active des risques. Ainsi, la gestion du changement est une partie essentielle du voyage lors de la mise en œuvre des pratiques et des outils de gestion des risques décrits ci-dessus.

Sommaire
A partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn
A lire aussi