07 décembre 2022, 07:20
prim-nordpasdecalais

Équilibre entre les sexes au sein du conseil d’administration

 

 

Une perspective personnelle

 

Voici quelques idées que j’ai rédigées pour un débat sur les quotas de genre. J’aimerais beaucoup avoir votre avis : je me considère comme un administrateur d’entreprise professionnel. Je suis président d’une société, je siège au conseil d’administration d’une autre société cotée, je suis au conseil d’administration d’une société qui prévoit une introduction en bourse, et je siège également à deux conseils d’administration du secteur public. Il y a quelques années (plus que je n’ose le dire en public), j’étais un aspirant administrateur ; je faisais bien mon travail, mais les quelques chasseurs de têtes qui ont condescendu à me parler de mes aspirations de carrière ne me considéraient pas comme un administrateur potentiel. À l’époque, personne n’a suggéré que j’avais besoin d’un quota pour m’aider à avancer ; la prescription était l’éducation et l’expérience. 

 

Comme j’étais enthousiaste, j’ai pris mon “médicament”, en suivant le cours pour administrateurs de sociétés en 1996 et en réussissant l’examen et la tâche d’évaluation à la fin. J’ai aussi obtenu un diplôme d’études supérieures en finance appliquée, car il s’agissait d’un autre point faible, je suis doué pour les chiffres, mais pas pour la comptabilité ; les conseils d’administration ont besoin d’administrateurs capables de lire un ensemble de comptes et d’en tirer leurs propres conclusions de manière indépendante. J’avais besoin d’expérience pour obtenir un poste d’administrateur, mais personne ne voulait me donner de poste d’administrateur et je n’ai donc pas pu acquérir l’expérience dont j’avais besoin pour obtenir ce poste. Il y a deux façons de sortir de cette impasse. Vous pouvez trouver un groupe de personnes qui ont tellement confiance en vous qu’elles vous inviteront à entrer dans un conseil d’administration même si vous n’avez pas d’expérience ou vous pouvez trouver un groupe de personnes qui ont tellement besoin de vos compétences qu’elles vous inviteront à entrer dans un conseil d’administration même si vous n’avez pas d’expérience. Certaines personnes choisissent la première option et deviennent si bonnes dans leur travail qu’elles gagnent en confiance et finissent par obtenir un siège au conseil d’administration. D’autres, comme moi, trouvent des conseils d’administration sans but lucratif auxquels ils peuvent apporter leur contribution et acquièrent ainsi de l’expérience avant d’accéder à des conseils d’administration commerciaux rémunérés. L’une ou l’autre de ces voies fonctionne et est susceptible de produire une meilleure catégorie de directeurs qu’un système de quotas. 

 

Selon les statistiques compilées, 11,7 % des postes d’administrateur sont désormais occupés par des femmes, contre 8,3 % lorsque nous avons lancé nos programmes et initiatives au début de 2010. Cinquante-neuf femmes ont été nommées aux conseils d’administration en 2010, une augmentation substantielle par rapport à l’année précédente (avec seulement 10 femmes nommées en 2009). Cette année déjà, 21 femmes ont été nommées aux conseils d’administration. 

Cette croissance a été réalisée sans quotas grâce à des programmes d’éducation, à une sensibilisation accrue et au réseautage. Les statistiques les plus récentes montrent que sur les 5 421 chirurgiens actifs, par exemple en Australie aujourd’hui (ou, du moins, à la fin de 2010), seuls 458 étaient des femmes. Cela équivaut à seulement 8,4 %. 

 

Je n’ai entendu aucune revendication de quotas de chirurgiens féminins pour contrer ce faible pourcentage de représentation féminine au sommet de la profession médicale. Et vous ? C’est peut-être parce que, lorsque vous êtes allongé sur la table de la salle d’opération, aspirant désespérément l’anesthésiant proposé, la dernière chose que vous pensez est : “Bon sang, j’espère que j’aurai une des femmes chirurgiens”. Même si elle n’est pas qualifiée ou expérimentée, je veux donner à une fille l’occasion de m’arracher les parties intimes de mon corps”. 

 

Alors pourquoi, lorsque nous parlons de conseils d’administration, supposons-nous qu’il est acceptable de permettre à des femmes non qualifiées d’exercer la fonction d’administrateur. La fonction d’administrateur n’est-elle pas une profession ? Pensons-nous vraiment que les investisseurs veulent risquer leurs économies sur les jugements d’administrateurs non qualifiés et inexpérimentés ? C’est là, pour moi, la question cruciale. La fonction d’administrateur est une activité professionnelle. Il est important que les administrateurs soient qualifiés et expérimentés. C’est un problème pour les femmes ; il est un fait que, dans le secteur commercial, la plupart des gens sont invités à siéger dans des conseils d’administration d’entreprises de taille similaire à celle où ils travaillent. Dans le secteur des grandes entreprises cotées en bourse, d’où la plupart des commentateurs tirent leurs statistiques, le pourcentage de femmes PDG et de femmes cadres supérieurs est très faible. 

C’est un problème, car les anciens PDG et cadres supérieurs sont des membres potentiels très prisés des conseils d’administration, et notre pipeline n’est tout simplement pas alimenté. Il n’est donc pas étonnant que les femmes directrices ne jaillissent pas d’une filière aussi étriquée. Dans les petites entreprises, la tendance est bien meilleure, avec une représentation féminine qui correspond presque à la répartition des sexes dans notre société. Tant que nous n’aurons pas corrigé ce qui ne va pas dans nos grandes organisations et qui empêche les femmes de gravir les échelons dans les proportions où elles y entrent, nous ne verrons jamais un équilibre équitable des femmes dans les conseils d’administration parce que nous n’aurons pas une offre équitable de femmes là où les conseils d’administration cherchent de nouveaux administrateurs. 

 

Pour l’instant, nous ne savons pas vraiment ce qui ne va pas. L’attention se porte sur les préjugés en matière d’embauche et de promotion, sur les congés de maternité, l’interruption de carrière et la formation continue, ainsi que sur les pratiques d’emploi flexibles. C’est un bon point de départ. Des qualifications plus claires et plus objectives pour les directeurs (et l’avancement des cadres supérieurs) seraient également utiles. 

Sommaire
A partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn
A lire aussi