Outre les moyens de communication les plus évidentes comme les affiches, les autocollants pour voitures ou les plaques d’identifications, l’entreprise se doit aussi d’être visible grâce aux petits détails. Les papiers à en-tête, les factures, mais aussi les tampons doivent aussi véhiculer son image. C’est justement sur ce dernier outil que nous allons nous attarder. Bien qu’il ne soit pas réellement obligatoire aux yeux de la loi, le tampon peut être un outil puissant de communication. Lorsque le lecteur est un client, un partenaire ou un collaborateur interne, le tampon doit délivrer un message précis.

Avant tout, le tampon doit être de bonne qualité

Si l’entreprise veut s’assurer de l’efficacité du tampon comme outil de communication, elle doit s’assurer qu’il soit de bonne qualité. Les cachets qui ne sont qu’à moitié imprimés à cause d’une mauvaise qualité de l’objet ou de l’encre doivent être donc proscrits. L’entreprise doit choisir avant tout un produit de qualité. Si elle commande ses cachets en ligne, elle doit se tourner vers les fabricants professionnels comme otypo.com. Il est ensuite nécessaire de surveiller en permanence de l’état du tampon et de procéder à un remplacement si nécessaire. En effet, malgré un produit de bonne qualité, il peut arriver par exemple que le tampon soit abîmé à cause d’une mauvaise utilisation.

Comment faire passer une image à travers un tampon ?

Le tampon peut revêtir différents rôles. Cependant, si on se concentre uniquement sur l’aspect commercial, il joue le rôle d’identification. Présent sur une facture, un bon de commande ou un courrier quelconque, le cachet comportant le logo de l’entreprise s’imprime dans la mémoire des lecteurs. Ces derniers associent ensuite cette image à l’entreprise et l’utilisent inconsciemment pour l’identifier entre plusieurs autres. Ce simple geste, qui consiste à saisir un tampon encreur et à appuyer l’espace d’une demi-seconde de la part de l’un de ses collaborateurs, peut donc rapporter beaucoup à l’entreprise.

Comment utiliser le tampon dans sa stratégie de communication ?

Il n’y a qu’une seule règle : il faut accroître sa visibilité auprès des clients et des prospects. Pour atteindre le maximum de personnes, il faut maximiser l’affichage. D’autant plus que le tampon représente finalement un investissement assez faible par rapport à d’autres supports de communication. Ainsi, ayez l’habitude de tamponner tous les documents sortants, qu’ils soient en direction des partenaires, des clients, etc.

Que mettre sur le cachet ?

Il existe différentes sortes de tampons. Néanmoins, puisque nous parlons de l’image de l’entreprise auprès des différents partenaires, nous allons donc uniquement parler des tampons qui accompagnent les documents officiels et ceux apposés aux produits destinés aux clients. On peut notamment distinguer le cachet commercial à destination commercial constitué surtout d’un logo et le cachet complet qui contient plusieurs informations sur l’entreprise.

  • Le cachet commercial accompagne généralement un produit. Il est donc destiné à un public assez large. Il peut être placé sur une étiquette par exemple. On peut aussi le retrouver sur un document qui contient les caractéristiques du produit ou la notice d’installation. Outre le logo, on peut y trouver un slogan et des informations de contact.
  • Le cachet complet est plus officiel. On y retrouve la dénomination sociale, le type de la société, le numéro d’identification, le capital social et les informations de contact. Notez cependant qu’il n’y a pas vraiment d’obligation. D’ailleurs, vis-à-vis de la loi, le tampon n’a aucune valeur légale. La loi précise uniquement les informations qui doivent être présentes sur un document officiel. Mais l’entreprise peut très bien préparer un en-tête comprenant toutes ces informations obligatoires et n’en mettre qu’un minimum ensuite sur le tampon.

Quel type de tampon choisir ?

Une fois le contenu arrêté, il est temps de choisir quel type de tampon commander. Notez qu’il existe principalement deux types de tampons qui correspondent à nos besoins : les tampons traditionnels, généralement en bois et les tampons auto-encreurs. Le premier est moins cher et plus léger, tandis que le second est plus pratique. En effet, il possède un encreur intégré qui le rend plus facile à manipuler et à transporter. En revanche, pour la version traditionnelle, il est toujours nécessaire d’avoir un encreur sous la main avant de pouvoir l’utiliser.

Par ailleurs, il existe dans la réalité d’autres types de tampons. On peut par exemple citer les dateurs ou les folioteurs. Nous les avons omis puisqu’ils ont un rôle plutôt standard et ne peuvent généralement pas être associés à l’image de l’entreprise.

Comment se procurer un tampon ?

Pour se procurer un tampon pour l’entreprise, deux choix sont disponibles. Le premier consiste à se rendre dans un magasin spécialisé et à fournir sur un fichier par exemple les informations qui seront gravées. Le second choix consiste à se rendre sur le site d’un fabricant en ligne. Il est possible de passer commande directement sur Internet en fournissant le même fichier que le précédent. Un outil permettant de composer son cachet en ligne est aussi disponible sur le site de la plupart des fabricants. Il suffit alors de les remplir, de payer et d’attendre d’être livré après quelques jours.